Sélectionner une page
Architecture de microservices

Que sont les microservices ?

Les microservices également connus sous le nom d’architecture de microservices sont un style architectural qui structure une application comme un ensemble de services qui sont

  • Hautement maintenable et testable
  • Couplage lâche
  • Déployable indépendamment
  • Organisé autour des capacités de l’entreprise
  • Possédé par une petite équipe

L’architecture de microservices permet la livraison rapide, fréquente et fiable d’applications volumineuses et complexes. Il permet également à une organisation de faire évoluer sa pile technologique.

Le langage des modèles est votre guide

L’architecture de microservices n’est pas une solution miracle. Elle présente plusieurs inconvénients. De plus, lors de l’utilisation de cette architecture, vous devez résoudre de nombreux problèmes.

Le langage de modèle d’architecture de microservice est un ensemble de modèles pour appliquer l’architecture de microservice. Il a deux objectifs :

  1. Le langage de modèle vous permet de décider si les microservices sont adaptés à votre application.
  2. Le langage de modèle vous permet d’utiliser l’architecture de microservice avec succès.

Un bon point de départ est le modèle d’architecture monolithique , qui est le style architectural traditionnel qui reste un bon choix pour de nombreuses applications. Cependant, il présente de nombreuses limitations et problèmes . Le modèle d’architecture Microservice est donc un meilleur choix pour les applications volumineuses/complexes .

Qu’est-ce qu’un microservice ?

Définition des microservices

Il existe un certain nombre de définition des microservices. La plus commune et généralisée est celle de Martin Fowler qui dit :
« Le style architectural des microservices est une approche permettant de développer une application unique sous la forme d’une suite logicielle intégrant plusieurs services. Ces services sont construits autour des capacités de l’entreprise et peuvent être déployés de façon indépendante. »

Concrètement, les microservices sont une méthode développement logiciel utilisée pour concevoir une application comme un ensemble de services modulaires. Chaque module répond à un objectif métier spécifique et communique avec les autres modules.

D’après Fowler, les microservices doivent nécessiter le strict minimum en termes de gestion centralisée des services et peuvent être créés sous différents langages de programmations.

Quelle différence entre microservices et API ?

Les microservices et les API ont fait l’objet de beaucoup de communication à tel point qu’il existe aujourd’hui une certaine confusion sur la façon dont ils sont liés.

Tout d’abord, il faut insister sur le faut que les microservices et les APIs sont deux choses différentes. Un microservice est une architecture pour les applications qui sépare une application en plusieurs petits services web autonomes.

L’API (Application programming Interface) est, comme son nom l’indique une interface de programmation. Elle constitue l’environnement à travers lequel un développeur peut interagir avec une application. Les APIs sont un ensemble de classes, méthodes, fonctions et constantes qui sert d’interface par laquelle un logiciel peut offrir ses services à d’autres logiciels. Elles servent concrètement à accéder aux données d’une application et à utiliser ses fonctionnalités.

La confusion se produit car il existe un chevauchement entre ces deux concepts informatiques. De nombreux microservices utilisent en effet des API pour communiquer entre eux.

Idées reçues sur le microservice

Avant de plonger dans l’architecture des microservices, il y a quelques idées reçues sur ce style architectural qu’il est nécessaire de clarifier.

Premièrement, le préfixe « micro » peut amener à penser qu’il s’agit d’un service minuscule et que, de ce fait, le microservice ne permet pas d’exécuter des tâches et fonctions complexes. C’est totalement faux. Il est vrai qu’un microservice est un petit composant d’un tout, mais il peut être programmé pour des applications métiers des plus complexes au plus simples. Par exemple, il peut aussi bien servir à mettre en place un système de connexion qu’un moteur de paiement.

La deuxième idée reçue la plus courante concerne le fait que de nombreuses personnes supposent que les microservices sont un nouveau type de protocole. Or, ils ne sont ni nouveaux, ni un protocole. Comme évoqué ci-dessus, les architectures en microservices utilisent des API existantes telles que les API REST, SOAP, AMQP et JMS.

Le principe de fonctionnement du microservice

Le concept de base du microservice est le suivant : c’est une application qui ne fait qu’une chose mais qui le fait de manière optimale. Ses bénéfices sont les suivants :

  • Il est facilement remplaçable pour offrir une évolutivité à l’application
  • Il est déployé indépendamment
  • Son développement est indépendant

Bien qu’ils soient développés et déployables indépendamment, chaque microservice n’a pas de raison d’exister seul.

Normalement, il existe de nombreux microservices dans une architecture de ce type. Et pour que la solution ou l’application fonctionne, les microservices doivent communiquer et interagir les uns avec les autres.

Le microservice fait donc partie d’un écosystème plus grand, fonctionnant et travaillant avec d’autres microservices pour accomplir ensemble les fonctions de leur application mère.

Pour tout renseignement sur nos services d’agence digitale à Montpellier. Contactez-nous via le chat de notre site web du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00

Demander un devis Solutions Développement I Solutions Design Graphique I Solutions Marketing Digital I Blog